Qu'est-ce que le Lolita ?

Filles en tenue lolita

Le nom Lolita

Lolita est un terme qui se réfère à une jeune fille sexuellement précoce d'après la  définition du dictionnaire, un terme qui est basé sur le roman Lolita de Vladimir Nabokov (1955). Cependant, cette définition ne s'applique pas à la mode japonaise Lolita.

Le style Lolita

Un dimanche après-midi à Harajuku, à Tokyo, on peut apercevoir une fille ou deux qui se démarque un peu incongrûment de la foule des jeunes gens bien habillés. Alors que ses pairs portent des jeans, des minijupes et même des yukata imprimés colorés, elle est plus susceptible de porter une robe que l'on pourrait s'attendre à voir dans une réunion de mode victorienne, dentelle et noir, ou peut-être un rose pastel, combiné avec des jupons, des chaussures Mary Jane à plateforme et un noeud dans ses cheveux. Quelle est cette mode ou sous-culture, et comment reflète-t-elle la société et la culture japonaise ? Évoluera-t-elle dans l'avenir ou s'agit-il d'un instantané statique de la rébellion des jeunes du XXIe siècle ? Comment se compare-t-elle à la sous-culture gothique occidentale plus connue ?

 

Les origines du Lolita

La mode Lolita a commencé à Harajuku, à Tokyo, dans les années 1980, lorsque les rues Omotesando et Takeshita-dori, dans le district de Harajuku, étaient fermées à la circulation le dimanche. Cette fermeture a permis aux jeunes de se rassembler dans le parc Yoyogi et les rues avoisinantes pour écouter de la musique rock, faire du shopping et simplement passer du temps avec d'autres jeunes. Les jeunes et les artistes de rue ont commencé à apparaître dans des tenues sauvages et non conventionnelles qui se sont progressivement transformées en styles reconnaissables tels que lolita, yaru ou kogal, decora et ganguro. Ces styles ont été catalogués par un photographe de rue nommé Shoichi Aoki, dans ses magazines : STREET (1985) et FRUiTS (1997). Les photographies de FRUiTS ont été publiées sous forme de compilation dans un livre du même titre et ont fait le tour de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande en tant qu'exposition photographique, permettant aux Occidentaux d'avoir un aperçu de ce mouvement street fashion japonais "de base".

Rue Takeshita Harajuku Japon

(rue Takeshita dans le quartier d'Harajuku)

Le Lolita dans le monde

La mode Lolita a été popularisée avec la création de marques telles que Baby, The Stars Shine Bright en 1988 et Manifesteange Metamorphose Temps de Fille en 1993. Les autres marques comprennent Angelic Pretty, Innocent World et Mary Magdalene. Alors que la plupart des marques s'adressent au marché japonais, l'avènement de l'intérêt occidental pour la sous-culture lolita a fait que certaines marques ont commencé à vendre en Amérique du Nord et dans d'autres pays occidentaux comme la France; certaines marques, comme Metamorphose, ont développé des sites Web en anglais pour satisfaire cet intérêt. Cependant, les marques s'adressent encore principalement aux jeunes Japonaises de l'adolescence à la mi-vingtaine.

 

Un style sophistiqué

Les influences stylistiques de la mode lolita remontent à différentes époques, la plus facilement reconnaissable étant l'époque victorienne. La mode est plus proche des vêtements pour enfants de cette époque que des vêtements pour adultes ; les jupes tombent généralement autour du genou plutôt que sur toute la longueur des robes au sol, et les corsets exagérés à la taille de guêpe ne sont pas souvent portés. Les influences datent également d'autres époques comme les années 1950 et le style rococo français, mais si le lolita a un aspect historique, elle n'est pas d'une époque particulière et a tendance à mélanger plusieurs styles historiques pour créer son propre style lolita, individuel et reconnaissable.

 

Le style lolita s'est depuis lors développé en de multiples sous-genres, le plus notable étant la lolita gothique (connue au Japon sous le nom de ゴスロリ gosurori, une contraction des deux mots). Les lolitas traditionnelles portent des couleurs pastel, des imprimés en coton brodé et de la dentelle, et parfois des accessoires comme des poupées en porcelaine ou des ours en peluche. La lolita gothique est plus susceptible de porter de la dentelle noire, des robes monotones noires, grises ou blanches, des croix ou des crucifix dans un style plus proche du gothique occidental. Cependant, l'accent est toujours mis sur le style victorien.

 Fille gothique lolita

Ce style a été popularisé par des groupes de visual rock japonais tels que Dir En Grey et Malice Mizer ; Mana, le leader de Malice Mizer, a créé sa propre boutique appelée Moi-meme-moitie, qui vend un style distinct connu sous le nom de Elegant Gothic Lolita (EGL). D'autres styles incluent le punk, le sweet (avec encore plus de rose, de bleu pastel ou de blanc et une surabondance de dentelle) et le classique. Certains adeptes de la mode choisissent de combiner le lolita avec d'autres modes street fashion populaires, ce qui conduit à des styles hybrides comme la cyber-lolita ou la wa-lolita, où une esthétique japonaise traditionnelle, comme les kimonos, est combiné avec la jupe en cloche et la coiffe portées par les lolitas, mais les styles les plus populaires restent sweet, classique et gothique.

 Robe Wa Lolita

(une robe wa lolita)

La connotation du Lolita ?

Le style pourrait facilement être confondu avec un fétichisme sexuel, en raison de son homonyme du roman Lolita de Vladimir Nabokov. La sous-culture lolita met l'accent sur la modestie et la jeunesse, ainsi que sur l'esthétique japonaise du kawaii, et n'est pas considérée ouvertement sexuelle par ses adeptes. La plupart des lolitas japonaises ne sont même pas au courant de la source originale d'où le nom de la mode a été tiré, bien que la Gothic & Lolita Bible, un magazine populaire pour celles intéressées par la culture des Lolita, encourage fortement la lecture de ce roman. L'un des aspects les plus inhabituels de la société japonaise d'aujourd'hui, du moins aux yeux occidentaux, est la prévalence et même l'acceptation du "complexe lolita" ou lolicon, où les hommes d'âge moyen sont attirés par les jeunes filles et cherchent souvent un manga de ce type qui est facilement disponible dans les librairies et les gares de trains. Les jeunes femmes qui adoptent et portent le lolita ne répondent pas aux fétiches du lolicon de ces hommes, mais à leur propre désir d'être mignonnes et non sexuelles.

 


D'ailleurs, certaines lolitas affirment même que l'un des attraits de la sous-culture lolita est le manque de sexualisation dans la mode. Dans une société où la montée de la "beauté sexy" s'est traduite par des vêtements tels que des minijupes et des chemises qui mettent l'accent sur les seins, ainsi que par l'augmentation mammaire et d'autres opérations esthétiques, la lolita est considérée comme un retour à des vêtements plus sobres qui permettent aux femmes de s'habiller pour elles-mêmes, plutôt que pour l'attention des hommes.

 

Un style de vie

La question de savoir si le lolita est une mode ou une sous-culture fait l'objet d'une certaine discussion parmi les adeptes. Beaucoup de filles ne le portent que le week-end et pour les concerts, peut-être pour échapper à un quotidien plus prosaïque et, bien sûr, simplement parce que c'est mignon. D'autres filles disent que le lolita est un style de vie, et même lorsqu'elles ne portent pas les vêtements, elles essaient d'intégrer la mentalité lolita dans leur vie quotidienne. Momoko, le personnage du roman Shimotsuma Monogatari (Kamikaze Girls) de la romancière lolita Novala Takemoto, exprime le souhait de pouvoir vivre à l'époque insouciante, capricieuse et hédoniste du Rococo. Peu importe si une lolita porte le style simplement comme une mode ou le considère comme un style de vie, la culture de la lolita est une évasion vers un monde fantastique libre des pressions de la société moderne et de la vie adulte.

Filles Sweet Lolita

 (Deux filles en tenue Sweet Lolita aux couleurs pastels)

Les femmes japonaises d'aujourd'hui ont des rôles sociétaux plus larges que ceux de leurs mères, on attend d'elles qu'elles n'entrent sur le marché du travail que jusqu'au mariage et à l'accouchement, et pendant qu'elles travaillent, elles sont généralement placées dans des rôles inférieurs à ceux des hommes. Il est encore courant pour une jeune femme d'être employée comme hôtesse d'accueil ou fille d'ascenseur dans un grand magasin, ou comme femme de bureau chargée de faire du thé et de photocopier des documents dans une entreprise. En outre, la culture japonaise souligne l'importance de la maternité en tant que "mission sacrée" et décourage les femmes de poursuivre une carrière car elle la détourne de sa tâche principale de maternité et de gestion du foyer familial. Ainsi, les filles et les femmes qui portent le lolita rejettent l'attente sociétale de carrières et d'activités ménagères de faible importance au profit d'un fantasme dans lequel elles peuvent ressembler à des princesses et éviter de grandir dans un monde plus banal.

 Fille tenue lolita harajuku

(Deux filles en tenue Lolita dans les rues d'Harajuku)

Le lolita, combien ça coûte ?

Ce rejet des normes sociétales par les lolitas reflète l'émergence dans la société japonaise des jeunes, en particulier des filles, connus sous le nom de "célibataires parasites". Des millions de jeunes Japonais choisissent de rester chez leurs parents jusqu'à la vingtaine, voire la trentaine, travaillant pour gagner leur vie mais dépensant leur revenu en biens matériels et refusant de se marier ou d'avoir des enfants. La mode Lolita est chère ; les articles des magasins de marque coûtent de cent à cinq cents euros, et une tenue complète peut coûter jusqu'à mille euros. La mode a commencé dans les années 80, reflétant l'affluence de la société japonaise créée par "la bulle financière". En raison de la jeunesse de la mode lolita, beaucoup de filles sont soutenues par leurs parents dans leurs habitudes d'achat, mais pour d'autres dans la vingtaine, la seule façon de continuer à acheter de tels articles est de rester dans la maison familiale et d'utiliser un revenu "illimité" pour acheter des vêtements, plutôt que d'établir sa propre vie d'indépendante.

 

Il est possible, mais difficile, de devenir une lolita sans dépenser des sommes exorbitantes ; certaines filles apprennent à coudre leurs propres vêtements ou choisissent d'acheter des vêtements sans marque ou de marques indépendantes. C'est pourquoi chez Lolita Harajuku nous avons choisi des marques indépendante de bonne qualité, tout en étant très abordable, comme cette robe lolita ci-dessous.

Aller à la boutique Lolita Harajuku

Cependant, la plupart des filles japonaises conviendront que pour être acceptées et respectées par les autres lolitas, il est nécessaire d'acheter des vêtements de marque. Cet aspect du phénomène de la lolita reflète l'obsession des marques que l'on trouve ailleurs dans la société japonaise. D'autres "célibataires parasites" peuvent acheter des sacs à main ou des bijoux de marque très coûteux. Comme l'a dit le professeur Masahiro Yamada, qui a inventé cette expression, les femmes perdent en moyenne les deux tiers de leur argent de poche lorsqu'elles se marient. La montée grandissantes des célibataires parasites ne surprend pas le professeur de sociologie, qui attribue également leur prévalence à l'affluence du Japon dans les années 1980. Malgré le ralentissement de l'économie japonaise au cours des années 90, il semble que les lolitas et les autres jeunes Japonais aient découvert un moyen de maintenir leurs dépenses élevées et leur mode de vie aisé.

 

Une question de coordination

La mode Lolita apparaît à première vue non seulement comme un rejet des attentes de la société en faveur d'une vie luxueuse et sans responsabilité, mais aussi comme un rejet de l'homogénéité de la plupart des cultures et sociétés japonaises. Jusqu'au milieu des années soixante, la plupart des femmes partageaient une idéologie de la beauté commune, et même aujourd'hui l'esthétique kawaii imprègne la plupart des modes du moment. En revanche, le Lolita offre la distinction et l'individualisme de la mode "normale". Cependant, à y regarder de plus près, le lolita a une nature nettement paradoxale envers l'individualité de style. S'il est vrai qu'il offre l'individualité par rapport au courant dominant, il maintient néanmoins des règles strictes en matière de coordination et de combinaisons de styles.

Filles tenue Lolita coordination

 

De plus, les vêtements de marque ne sont généralement offerts qu'en une ou deux tailles, souvent très petites et conçues pour les filles japonaise à poitrine plate, courte et mince. De cette façon, le lolita maintient l'homogénéité du style et de l'apparence tout en offrant la possibilité de se démarquer de la mode dominante. Alors que les lolitas peuvent être seules dans les petites zones rurales, comme le montre Shimotsuma Monogatari, les lolitas de Tokyo se rassemblent en groupes à Harajuku, beaucoup portant des tenues assorties. Cette conformation et cette éthique de groupe reflètent la culture de groupe japonaise et permettent aux gens de se sentir membres d'un groupe ou d'une sous-culture même lorsqu'ils ne correspondent pas à la norme.

 groupe filles tenue lolita

Des valeurs communes

En comparant le lolita avec le mouvement gothique occidental, il est facile de faire des parallèles. Le lolita et le gothique sont tous deux marqués par une mode frappante, un rejet des valeurs et des attentes de la société, et "un désir ardent de s'échapper dans un autre monde". Cependant, alors que le lolita incorpore le côté kawaii que l'on retrouve dans la mode traditionnelle, la mode gothique entend à la fois rejeter et parodier la mode traditionnelle et le bon goût, en visant une dichotomie entre beauté et répulsion.

Le Lolita met généralement l'accent sur l'innocence et la pureté de l'enfance, qui ont tendance à s'exprimer dans la douceur et l'optimisme, alors que le gothique se tourne davantage vers la morbidité, le fétichisme sexuel et le pessimisme. Même la lolita gothique, qui partage avec la gothique occidentale une fascination pour l'imagerie religieuse et la nostalgie victorienne, partage toujours l'éthique de la lolita qui est un désir ardent pour un monde insouciant et capricieux semblable au Rococo. En revanche, les gothiques soulignent leur séparation de la culture dominante en aspirant à la tragédie et à l'obscurité, trouvant la beauté dans le côté obscur de la vie. Ces différences signifient que si l'on devait comparer une lolita à une gothique, les deux ne seraient pas du tout d'accord.

Fille gothique lolita

 

Le Lolita en tant que mode et sous-culture est facile à catégoriser comme une rébellion des filles japonaises contre les rôles sociétaux et l'apparence attendus. Cependant, le classer en tant que tel, c'est ignorer que, vingt ans après la création du style, non seulement il existe toujours, mais il se répand aussi bien au Japon que dans le monde occidental, en grande partie grâce au pouvoir d'Internet. Les forums en ligne existent maintenant pour que les lolitas occidentales discutent la mode, partagent des photos, et même vendent ou échangent des articles ; un des plus populaires a presque sept mille membres de partout dans le monde. En raison de cet intérêt mondial, des marques telles que Baby, The Stars Shine Bright établissent des magasins à l'étranger.

 

En outre, les marques occidentales de lolita qui répondent aux différentes tailles et formes des femmes occidentales se développent, bien qu'aucune n'ait encore atteint le même niveau que les magasins japonais de marque. Alors que certains adeptes de la mode croient que la popularité croissante créera des bâtardises du style que tant de gens aiment, d'autres soulignent alors que le lolita devient populaire, les vêtements seront non seulement plus disponibles mais plus abordables. Bien que le lolita ait commencé comme une mode pour les filles japonaises qui souhaitaient s'éloigner de la mode sexuelle, rejeter les attentes de la société et se délecter d'un monde de luxe et d'individualisme au sein d'un groupe d'amis aux vues similaires, elle continuera à évoluer vers une mode et un style de vie qui sont appréciés dans le monde entier, les filles ayant simplement l'envie d'être une princesse dans une société moderne.


Partager ce message



Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.